20/09/2016 - L’AQCPE et l’INM annoncent la création d’une commission in ...

­Montréal, le 19 septembre 2016 — L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et l’Institut du Nouveau Monde (INM) ont annoncé aujourd’hui le lanceme ...

20/09/2016 - Le Pôle fait le bilan de sa dernière année!

­Tenue de l'AGA, le 20 septembre 2016

19/09/2016 - Retour sur le GSEF

­Le Pôle était présent!

19/09/2016 - Un 2e appel de projets est lancé

­Programme d'immobilisation en entrepreneuriat collectif (PIEC)

19/09/2016 - Le Mois de l'économie sociale

­À venir en novembre prochain!

Le jeudi 13 août 2015 : 15H56

Définition

Le concept d’économie sociale combine deux termes qui sont parfois mis en opposition :

« économie » renvoie à la production concrète de biens ou de services ayant l’entreprise comme forme d’organisation et contribuant à une augmentation nette de la richesse collective.

« sociale » réfère à la rentabilité sociale, et non purement économique de ses activités. Cette rentabilité s’évalue par la contribution au développement démocratique, par le soutien d’une citoyenneté active, par la promotion de valeurs et d’initiatives de prise en charge individuelle et collective. La rentabilité sociale contribue donc à l’amélioration de la qualité de vie et du bien-être de la population, notamment par l’offre d’un plus grand nombre de services. Tout comme pour le secteur public et le secteur privé traditionnel, cette rentabilité sociale peut aussi être évaluée en fonction du nombre d’emplois créés.

Pris dans son ensemble, le domaine de l’économie sociale regroupe l’ensemble des activités et organismes issus de l’entrepreneuriat collectif qui s’ordonnent autour des principes et règles de fonctionnement suivants :

  • l’entreprise d’économie sociale a pour finalité de servir ses membres ou la collectivité plutôt que de simplement engendrer des profits et viser le rendement financier;
  • elle a une autonomie de gestion par rapport à l’État;  
  • elle intègre dans ses statuts et ses façons de faire un processus de décision démocratique impliquant usagères et usagers, travailleuses et travailleurs;
  • elle défend la primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition de ses surplus et revenus;
  • elle fonde ses activités sur les principes de la participation, de la prise en charge et de la responsabilité individuelle et collective.

Définition proposée par le Chantier de l’économie sociale qui a fait consensus au Sommet sur l’économie et l’emploi en octobre 1996
(extrait du rapport « Osons la solidarité »)

Portrait général

« Le Québec compte environ 7 000 entreprises d’économie sociale (3 300 Coopératives et 3 700 OBNL ayant des activités marchandes).

Celles-ci procurent un emploi à plus de 150 000 personnes, ce qui représente un peu moins de 4 % de l’emploi total au Québec. Le nombre d’emplois au sein des entreprises d’économie sociale est comparable au niveau d’emploi observé dans des secteurs comme le commerce de gros ou les services aux entreprises. 

En 2002, le chiffre d’affaires annuel des entreprises d’économie sociale était de 17 milliards de dollars. Aujourd’hui, uniquement pour les entreprises constituées en coopérative ou en mutuelle, ce chiffre atteint 33,4 milliards de dollars. »

Tiré de « Plan d’action gouvernemental en économie sociale 2015 • 2020 » - Les données sur le nombre d’entreprises ont été publiées en 2002 dans le Portrait statistique des entreprises d’économie sociale, une collaboration du ministère des Finances, du ministère de l’Industrie et du Commerce et du Chantier de l’économie sociale. Ce portrait n’a pas été mis à jour depuis. Les données sur le nombre d’employés au sein des entreprises d’économie sociale incluent le mouvement Desjardins et les grandes coopératives agricoles et des données tirées de l’enquête Les repères en économie sociale et en action communautaire publiée en 2012 par le Comité sectoriel de main-d’œuvre Économie sociale et action communautaire. Enfin, le chiffre d’affaires du mouvement coopératif et mutualiste est calculé annuellement (CONSEIL QUÉBÉCOIS DE LA COOPÉRATION ET DE LA MUTUALITÉ, Plan stratégique des réseaux coopératifs et mutualistes du Québec dans une perspective 2020, 2015).


Les secteurs d'activités

  • Agroalimentaire
  • Arts et culture
  • Commerce de détail
  • Environnement
  • Finance solidaire
  • Immobilier collectif
  • Infrastructures collectives
  • Loisirs et tourisme
  • Manufacturier
  • Médias et communication
  • Petite enfance
  • Recherche
  • Représentation et concertation
  • Ressources naturelles
  • Santé
  • Services aux entreprises
  • Services aux personnes
  • TIC
  • Transport

© 2009 Chantier de l’économie sociale - Tous droits réservés
Conception 1|20media